L’ huile de palme, une menace pour l’Afrique ?

'New Britain Oil Palm Limited' palm plantation, near Kimbe, West New Britain Island, Papua New Guinea, Wednesday 24th September 2008.

Elle est accusée de tous les maux depuis plusieurs années et pourtant l’Afrique pourrait développer sa production. L’huile de palme risque d’inonder le marché continental dans les prochaines années.

L’huile de palme est un produit que les africains connaissent bien puisque l’arbre dont on l’extrait pousse naturellement à l’ouest du continent. Mais aujourd’hui la culture de ce végétal n’est absolument pas industrialisée et pour le moment c’est principalement un produit importé, la plupart du temps d’Asie, qui concentre une grande partie de la production mondiale. Cette situation devrait néanmoins évoluer d’ici peu, notamment en raison d’un certain nombre de changements dans certaines sociétés africaines. En effet le développement d’une classe moyenne et d’une classe aisée va pousser naturellement à la consommation de produits qui contiennent pour beaucoup de l’huile de palme. Plutôt que de passer en permanence par l’importation, certains produits seront fabriqués directement sur le continent. Pour réduire les délais de livraison et surtout les coûts de transports, la culture des matières premières nécessaires à la fabrication des produits alimentaires va se développer fortement.

D’ici quelques années les surfaces cultivées pourraient s’accroitre de 100% passant de 1,5 millions d’hectares à 3 millions. Si ces cultures resteront bien en deçà de celles qui existent en Indonésie par exemple, il s’agira tout de même d’un véritable boum dans le secteur. Ce développement qui intéresse de nombreux professionnels du secteur, notamment à l’international, risque de devenir un enjeu concurrentiel de taille. Les asiatiques se sont en effet fait spécialistes de la culture de l’arbre concerné et entendent bien conserver le monopole mondial qui est détenu jusqu’ici. Une véritable guerre va se jouer d’autant que les africains n’ont pas l’intention de donner si facilement ce marché qui s’ouvre à eux. Les artisans déjà cultivateurs et producteurs pourraient pour cela développer de façon considérable leurs investissements, à l’aide des gouvernements ou des institutions financières.

Ne pas répéter les erreurs du passé

Si l’ huile de palme tend à se développer que ce soit en production ou autre, une problématique majeure se pose. C’est celle de la nécessaire production durable. Pendant des années certains pays comme l’Indonésie ont littéralement abandonné un certain nombre de cultures pour se consacrer uniquement aux palmiers. Les conséquences sont aujourd’hui catastrophiques. L’importation de produits autrefois présents sur le territoire est nécessaire et le coût est de plus en plus élevé. Les productions d’huile de palme ont d’ailleurs sur certaines périodes, contribué à faire augmenter les tarifs de céréales sur les marchés mondiaux.

Outre le fait que la monoculture prive les pays concernés d’autres cultures, il y a aussi les problèmes de déforestations et d’érosion des sols qui en découlent. De très nombreux industriels ont abattus des forêts centenaires pour pouvoir produire de l’huile de palme. A l’heure où la planète se penche sur son avenir et cherche à protéger l’environnement, les appétits de certains industriels inquiètent. Ils promettent néanmoins de tout faire pour respecter les terres africaines et ne pas reproduire les erreurs faites ailleurs. Reste à savoir si l’appât du gain n’aura pas raison de ces déclarations de bonne volonté.


Source : afriqueinside.com /Par La Rédaction / 17/02/2015


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s